Site officiel du film Casa Nostra (2012) de Nathan Nicholovitch
Les films aux dos tournés, Aramis films, Casanostra productions

Entrer | Sitemap | loop"
CASA NOSTRA - Critique Presse : Le Pays
LE PAYS

30.12.2102 - Clémence Glon
LIEN / http://www.lepays.fr
Cette année, l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (ACID) a décidé de présenter à Belfort Casa Nostra, de Nathan Nicholovitch. Un film qui s’interroge sur les liens familiaux.

Un film sur la famille qui a vu le jour grâce à elle. Pour parler de ce qu’il y a de plus intime et peut-être de plus arbitraire, Nathan Nicholovitch s’est entouré d’amis, tous réunis dans un collectif monté il y a une dizaine d’années.

Son premier long-métrage, Casa Nostra, a fait flancher le cœur de l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (Acid) qui bataille depuis 20 ans contre l’uniformisation des films en salle. Casa Nostra est un film en noir et blanc, au format étrangement carré, qui raconte le rassemblement d’une fratrie imposé par le décès du père. « La forme du film évoque l’album de famille, explique le réalisateur formé sur le tas. Mais je n’ai pas pensé cela très clairement au départ ».

Aux origines du film, il y a surtout la frustration du court-métrage qui n’offrait pas plus de cinq jours de tournage. Celui de Casa Nostra aura duré quatre ans. « Nous passions notre année à chercher des ronds pour pouvoir tourner les étés », raconte Nathan Nicholovitch. Poids, coupe de cheveux, vêtements… Les acteurs devaient alors figer leur physique une année sur l’autre. « Tous les comédiens ont beaucoup apporté au film, précise le réalisateur. Cela relevait d’un véritable engagement ».

Né à Villeurbanne, Nathan Nicholovitch n’a pas fait d’études de cinéma. Mais un « déclic de spectateur », déclenché lorsqu’il franchit le seuil de salles obscures, le pousse à « mettre les mains dans le cambouis ». « Face à un film, il m’arrive d’être véritablement percuté. Je me demande comment cela a été fabriqué ? Pourquoi un tel regard ? »

« Authentique »

Admirateur de Maurice Pialat et de François Truffaut, le jeune homme au regard aussi sombre que sa barbe, sourit : « Il y a tant de cinéastes qui ouvrent des voies, qui apportent des idées. J’espère pourtant que Casa Nostra est authentique ». Pour le montage, Nathan Nicholovitch a fait appel à Gilles Volta et Yann Dedet, qui a justement travaillé avec Pialat et Truffaut. « Cela s’est fait très simplement. J’ai pris l’annuaire et je l’ai appelé pour lui proposer de visionner de rush ».

Si Casa Nostra (« notre maison ») porte à une lettre près le nom de la plus importante mafia sicilienne, l’Italie n’est évoquée que par l’origine de la famille. « Il y a cette idée que la famille est à la fois un lieu de protection et d’enfermement, poursuit Nathan Nicholovitch. Elle est une part d’intime à laquelle personne n’échappe ».

Pour ceux qui ne pourront se rendre à la séance de ce soir, le film de Nathan Nicholovitch sortira en salle au début du mois d’avril.


LIEN / http://www.lepays.fr